Blog-Tone : Le prochain train, vendredi 3 octobre 2008

vendredi 3 octobre 2008, publié par Ian Balat


Le prochain train

J’ai pris une assurance habitation qui a bien fonctionné. J’ai eu un dégât des eaux et un mois et demi après, après plus de deux ans et demi de versements réguliers, je peux dire que cette assurance a été un bon placement. Dégât entièrement couvert, des aides diverses et un retour assez rapide à une situation normale. J’étais assuré contre un risque, par un contrat clair, auprès d’une entreprise spécialisée. Maintenant, imaginons que nous ayons tous pété les plombs, que nous sommes derrière le miroir. Alors on ferait comme si…

Au lieu de m’assurer moi, j’assure mon voisin. Je vais voir un assureur et je lui demande d’assurer mon voisin, un voisin que je connais à peine. Mieux, je vais voir quelqu’un pour assurer mon voisin. Même pas un assureur, juste quelqu’un. Et je propose de faire un contrat sur un risque, par exemple que mon voisin va perdre son portefeuille. En fait que mon voisin ne pourra plus payer ses charges et finira inscrit à la Banque de France. On va même pas faire de contrat, on va faire ça sur un bout de papier, entre nous. À la confiance, hein ! Et ce bout de papier je déclare qu’il représente la dette de ce voisin, et cette dette je la mets en location sur cinq ans. Si au bout de cinq ans, mon voisin n’est pas inscrit à la Banque de France, je paie le montant de sa dette, rubis sur l’ongle. Et ce bout de papier je le loue pour le montant de sa dette à 5% par mois par exemple avec en prime cet engagement que si dans les cinq ans, mon voisin il fait banqueroute, je verse le montant de sa dette, pareil, rubis sur l’ongle.

Bienvenus dans le monde des CDS, des « credit default swap ». Une invention fabuleuse qui commence à peine à être réglementée et qui pesait l’année dernière environ 65.000 milliards de dollars. Mais certaines estimations vont jusqu’à 650.000 milliards de dollars. Personne ne sait vraiment. Et ce qui rend cette machine formidable, c’est que ces obligations, comme on dit, peuvent être revendues, et revendues encore jusqu’à ne plus savoir qui s’était engagé au départ. Mieux encore ! Les dettes engagées n’ont pas à être bloquées, elles n’apparaissent nulle part. Axa par exemple est dans ce marché à hauteur de 450 millions d’euros, sur AIG et Lehman Brothers… Enfin, d’après les dires d’Axa. Les docteurs Folamour de la Phynance sont d’une imagination débordante et d’une irresponsabilité sans bornes. Et cerisier sur la fosse septique, impossible de savoir exactement quel placement classique s’appuie sur ces obligations. Il y a du monde à la barre disent-ils, espérons que ce sera à la barre d’un tribunal.

Je me permets de vous renvoyer vers deux articles :

http://www.globalresearch.ca/index.php?context=va&aid=8634

http://www.lemonde.fr/economie/article/2008/09/30/le-piege-des-credit-default-swaps_1100669_3234.html

Ça laisse rêveur.

3 Messages

  • Blog-Tone : Le prochain train, vendredi 3 octobre 2008 3 octobre 2008 22:05, par Jennifer

    C’est votre article qui me laisse rêveuse !!!
    Êtes vous vraiment sincère ??? Quel âge avez vous pour faire aussi bien semblant de vous étonner de telles pratiques ???
    Vous n’avez pas du naître dans une HLM ni être trop pauvre pour découvrir en 2008 de telles pratiques !!!
    Un sale CON de bourge qui se la joue prolo...ou un vrai CON qui s’y croit ???
    J’hésite à peine !!!
    Jennifer

    • En fait, un ami m’a causé récemment de ces produits purement spéculatifs. J’ai regardé d’un peu plus près de quoi il en retournait. Et je dois avouer que ce que j’ai découvert m’a un peu glacé. J’ai voulu le plus simplement possible présenter un processus. C’est bien sûr un peu plus complexe que cela. Le FBI a récemment enquêté sur les CDS et a découvert des échanges de courriels hallucinants entre traders qui savaient qu’ils étaient en train de créer un monstre. Et ce monstre se réveille en ce moment.

      Ian

      • Blog-Tone : Le prochain train, vendredi 3 octobre 2008 9 octobre 2008 22:39, par jennifer

        Pas la peine de passer par le FBI...Il y a plein de trucs crapuleux...J’en connais dont le métier de "statiticiens-informaticiens"est de mesurer la meilleure façon d’endetter le quart-monde français...Ils travaillent pour la Finaref...la Sofinco and C°...
        Et ce ne sont pas des monstres dans leurs vies privées...Les mêmes travaillent sur des projets de micro-drédits !!!Ainsi va le monde...à part trouver le moyen d’en descendre...faut faire avec !!!Et le monde est le plus souvent agréable et plein de bonnes surprises...Les vaches sont encore dans les prés et les noyers regorgent de noix...
        Jennifer


Dans la même rubrique
SPIP 3.0.17 [21515] | XHTML 1.0 | CSS 2.0 | RSS 2.0 | Espace privé
Visiteurs Jour: 240 (849514)