Canet, le 22 Mars 2010 – Art Thérapie, Feuille D’assertion, Fonction Scribe

lundi 22 mars 2010, publié par Michel Balat


Canet, le 22 03 2010 – Art Thérapie, Feuille D’assertion, Fonction Scribe

M. B. : C’est parti, nous sommes le 22 mars aujourd’hui… jour célèbre… Vous n’avez pas connu le mouvement du 22 mars, vous ? Cohn-Bendit… tous mes copains là-bas…

Public : C’est pour ça qu’il a relancé cet article aujourd’hui dans Libération…

M. B. : Je n’ai pas lu Libération… C’est là qu’il avait jeté, je crois, un ministre dans la piscine, ça commençait fort…

Public : Ah oui ?

M. B. : Et le copain a fait de la taule, jeter un ministre dans la piscine, ça ne se fait pas. Le mouvement du 22 mars a lancé mai 68. Ils avaient concocté tous les grands thèmes de mai 68, en s’appuyant sur un livre, un petit opuscule écrit par mon grand ami Mustafa Khayati, dont je vous ai parlé, De la misère en milieu étudiant, il était à ce moment-là étudiant à Strasbourg. Je me souviens, un beau jour je lui dis « le grand livre de mai 68 c’est De la misère en milieu étudiant », il me répond « c’est moi qui l’ai écrit », ce que je ne savais pas parce que ce n’était pas signé, à l’époque, ils ne signaient pas ces trucs-là… Aujourd’hui 22 mai, non, 22 mars, oui, 22 mai parce que…Aujourd’hui nous avons des visiteuses illustres. Tu peux te présenter, ou tu peux la présenter…

Laura Grignoli : Je peux… Conchita de Palma est art thérapeute, médecin pédiatre, en Italie et c’est une de mes meilleures amies…

M. B. : Et Florence peut présenter Laura…

Florence Fabre : Laura Grignoli vient de Pescara en Italie, psychologue et art thérapeute, elle a une école d’art thérapie depuis déjà vingt-cinq ans, c’est ça Laura ?

F. F. : ArteLieu…

L. G. : … huit ans et c’est moi qui fait de l’art thérapie depuis longtemps…

M. B. : (rires)

L. G. : Officiellement, ArteLieu est né en 2002.

M. B. : C’est bon à savoir, il faut noter tout ça parce que j’ai demandé à Laura si elle voulait bien venir le 29 mai pour nous parler de psychanalyse et art thérapie à « Une journée avec ». Ça va comme thème ?

L. G. : Oui… c’est un peu trop général…

M. B. : Mais après tu diras ce que tu veux…

L. G. : Parce que dans une journée…

M. B. : Oui… ce sera bien, comme thème, ça ?

L. G. : Oui…

M. B. : Une des questions mais je vais essayer d’en parler aujourd’hui avec toi et tu interviens… (rires)

L. G : … parlez doucement que je puisse comprendre…

M. B. : ça va me faire beaucoup de bien, ça va me soigner ça…

L. G. : Parce que hier soir moi et Conchita nous étions mortes…

M. B. : (rires) Conchita, tu comprends très bien le français mais pour le parler, tu as un peu plus de mal… Moi, je comprends un peu le français, mais pas l’italien, je n’y comprends rien… Je comprends tout, oui, l’inconscient alors, consciemment non…

Public : (rires)

M. B. : C’est un thème intéressant à aborder parce qu’il pose la question du rapport entre la psychanalyse mais c’est difficile parce qu’on a l’impression tout à coup de réduire les choses à une théorie ou à qui sait quoi… La conception qu’on peut avoir de la psychanalyse peut être très vaste… Quand on le prend dans cette dimension, c’est un champ qui rencontre nécessairement la question de la création, et c’est en tant que tel que ça m’intéresse d’aborder l’art thérapie. Nous avons eu une discussion hier et nous sommes tombés d’accord sur le fait que la question de la création est centrale. Ce n’est pas de l’occupation, faire produire des choses à des personnes, ce qui n’a absolument aucun intérêt et en général on ne produit pas des trucs extraordinaires. La position de créateur doit être assumée à ce moment-là à une certaine place et j’aimerais essayer d’en parler aujourd’hui, pour la première fois. Le 22 avril, avec Florence on va animer un débat sur l’art thérapie à Bages.

(…)

titre documents joints


Dans la même rubrique
SPIP 3.0.17 [21515] | XHTML 1.0 | CSS 2.0 | RSS 2.0 | Espace privé
Visiteurs Jour: 122 (740728)