Canet, le 22 septembre 2008- Travail d’extraction : phanéron et opérateur de précission- corpspenser, spirale, tresse et numération.

lundi 4 novembre 2013, publié par Michel Balat


Canet, le 22 09 2008- Travail d’extraction : phanéron et opérateur de précission- corpspenser, spirale, tresse et numération.

M. B. : Nous sommes le 22 septembre 2008. Ces derniers temps j’ai essayé d’aborder à ma façon la phanéroscopie de Peirce, qui est légèrement différente de la phénoménologie héritée de Kant, de Husserl et consorts, mais aujourd’hui, je me bornerai à souligner les points qui me paraissent importants.

Dans la conception habituelle de la phénoménologie, le phénomène est tout ce qui apparaît, à quoi Peirce substitue ce qui est apparent, ce qui n’apparaît pas nécessairement ; et pour que cela apparaisse, un certain travail est nécessaire, à savoir un travail d’extraction des éléments de ce que Peirce appelle le phanéron.
Le phanéron est tout ce qui est apparent, et rend illégitime la question : à l’esprit de qui, à quel moment et où ? Ce qui signifie que dans l’extraction des éléments du phanéron, on devra extraire aussi le temps, l’espace, et le sujet. Ces choses me paraissent assez massives, et j’ai la faiblesse de les trouver importantes parce que ça correspond très bien à tout le travail d’élaboration que l’on peut faire, à savoir ne pas admettre la conception du temps, de l’espace ou du sujet, comme conditions nécessaires a priori ; je reprends ces choses régulièrement depuis vingt ans parce que ça vaut la peine de les rappeler.

Dans la pratique, ça organise notamment le fait de ne pas considérer d’emblée que les choses nous sont données en direct, la perception, ça se travaille. Je reprends ici l’exemple que donne Peirce de ces deux types qui discutent au bord de la mer. L’un des deux dit à l’autre : « Tu vois ce bateau là-bas ? il ne transporte que des marchandises. » L’autre ne voyait pas de bateau, et du seul fait que cette phrase ait été énoncée, un bateau est extrait de l’horizon, et le type se met à le voir. Ce sont des choses que vous connaissez par cœur, mais il est très important de les réinvestir dans notre travail et si j’insiste, c’est parce que dans le cadre de l’observation du nourrisson, il importe de disposer d’une variété d’outils pour pouvoir extraire ce qui est à observer. Esther Bick était peircienne d’une certaine façon, parce qu’elle disait qu’il fallait former les gens qui disposeraient en eux-mêmes d’un nombre suffisant d’outils pour aller chercher ce qui est à observer… et cela ne va pas de soi.

(…)

titre documents joints


Dans la même rubrique
SPIP 3.0.17 [21515] | XHTML 1.0 | CSS 2.0 | RSS 2.0 | Espace privé
Visiteurs Jour: 144 (726765)