Canet, le 30 janvier 2006 La fabrication des types par les fantasmes originaires : étude de la répétition dans les vecteurs sexuels et paroxysmaux. Le corps constitué comme la tessère du corps du père

lundi 30 janvier 2006, publié par Michel Balat


Canet, le 30 janvier 2006

La fabrication des types par les fantasmes originaires : étude de la répétition dans les vecteurs sexuels et paroxysmaux.
Le corps constitué comme la tessère du corps du père

M. B. : La dernière fois je vous avais un petit peu parlé de la question de la tessérisation du corps, des tessères, etc., soit un thème qu’on a longuement développé ici ; je vous disais qu’une des fonctions fondamentales de ces organisations corporelles sous forme de tessères c’est de présenter le signe.
Dans ce sens elles présentent, elles portent ce qu’on appelle dans le jargon sémiotique, des « types »— le terme type est un terme simple et il n’y a pas de raison de s’en priver. Une définition des types ? Chaque type est une loi de formation de tessères. En somme, lorsque vous êtes en train de lire un mot, vous croyez lire le mot, alors que vous lisez de l’encre sur du papier, etc. et lire, c’est ainsi voir le type que ‘porte’ la tessère : le destin des tessères c’est, pour chacune, de présenter le type qui l’organise, comme l’occurrence porte la loi, pour l’interprétant (au sens de la pomme pour Newton).
D’ailleurs, on peut observer qu’en anglo-américain la machine à écrire s’appelle type-writer : ce qui écrit les types. On lit directement les types et pas les tessères ; en principe il semblerait qu’ils devraient appeler ça token-writer puisqu’en anglais-américain tessère se dit token. Mais à la réflexion, la petite jambe articulée qui porte un caractère dans cette sorte de machine produit les tessères sur le papier, moyennant la frappe du writer et le défilement du ruban, se présentant ainsi bel et bien comme principe de formation desdites tessères.
Il est frappant d’observer aussi que très peu de philosophes parlent du signe, alors que leur première tâche devrait consister à en parler, à tous les niveaux, ça cause mon étonnement… Parfois je suis sous le coup d’autres étonnements, et je m’étonne que de pouvoir encore m’étonner du caractère perpétuel de celui-là. En tout cas, il y a au moins quelques personnes qui en parlent.
Le type est donc ce que présente la tessère, et il est essentiel dans la mesure où il fait partie du langage. J’insiste encore sur ce point. Ce matin, dans le cadre du travail avec une équipe, nous avons discuté longuement du truc des images pour les enfants autistes… c’est proche du Makaton, ça rappelle le Makaton, ça s’appelle le… en tout cas, les membres de cette équipe trouvaient extraordinaire que des enfants puissent communiquer avec des images. Il s’agit d’images qui permettent de dire : « je veux aller au w-c », « je veux faire ceci », « je veux faire cela »… Au sein de l’équipe certains étaient très contents, très fiers, en disant que ça permet de communiquer. Je regrette, on ne communique pas avec ça parce qu’on ne partage rien du tout. En fait, il s’agit de pictogrammes, mais ça ne permet pas de communiquer. La communication implique le partage d’informations concernant un objet commun aux personnes qui sont présentes, or, comment peut-on s’assurer qu’on parle bien du même objet… Il me semble qu’il y a là toute une difficulté qui renvoie à la question des types : le type n’est pas, en tant que tel, une image.
Saussure dit que le signe est un élément à deux faces, comme une pièce de monnaie : le signifiant et le signifié ou ce que ses prédécesseurs appelaient l’image acoustique et le concept… l’héritage ! le signifiant hérite de l’image acoustique et le signifié hérite du concept.
L’image acoustique c’est une image acoustique, or, le signifiant, en tout cas le type chez Peirce, n’est pas du registre de la simple image : l’image a un autre statut ; il ne s’agit pas de dénier la présence d’une image acoustique, c’est-à-dire l’évidence, mais de reconnaître que la réduction du signifiant à l’image acoustique est problématique, puisque le type est une loi. On est là face à quelque chose qui ne fonctionne pas, à savoir une psychologie empirique de la fin du XIXe siècle. Et il ne s’agit pas de quelque chose qui est à entendre comme ça, ce qui fait que lorsque Lacan parle du signifiant, il se débarrasse aussi, malgré tout, de l’image acoustique. S’il oublie partiellement le substrat de l’image acoustique chez Saussure, puisqu’il conserve une forme d’image, il en donne un tout autre sens qui, d’ailleurs, est beaucoup plus symbolique. C’était ça la question.
Alors se pose la question du type… tout ce qui est du registre du langage est du niveau du type. Mais le type recouvre beaucoup d’autres situations ; par exemple, le code de la route où les panneaux sont des types et où les tessères sont particulièrement ‘visibles’.
Le niveau du type sera celui du sens, de la signification, de sorte que tout le langage passera par les types, et ces mêmes types seront portés par — c’est une formule — par des tessères : les tessères sont des « porte-types » comme le dit Edwige Richer. Ensuite on peut prendre du recul l’espace d’un instant et se dire qu’on a ici, entre autres préoccupations, celle du fantasme originaire.

titre documents joints


Dans la même rubrique
SPIP 3.0.17 [21515] | XHTML 1.0 | CSS 2.0 | RSS 2.0 | Espace privé
Visiteurs Jour: 107 (736509)