Pierre Delion

Démocratie, prison et internement arbitraire

Février 2008

mardi 26 février 2008, publié par Michel Balat


Démocratie, prison et internement arbitraire

Pierre Delion

Février 2008

Et si la prison d’aujourd’hui, en ne jouant pas son rôle, rien que son rôle, mais tout son rôle, dans la démocratie, avait dans la vie quotidienne des citoyens beaucoup plus d’importance que nous ne le pensons ?

Que ce soit au niveau de sa fonction organisatrice dans la représentation que se font concrètement les citoyens de ce qui peut arriver en cas de « dépassement » des limites socialement acceptées, et par ce biais dans la construction des racines du sur moi chez l’enfant des citoyens-parents

Que ce soit au niveau du délinquant qui doit y trouver un moyen d’être retenu de continuer sur sa lancée délictueuse

Que ce soit au niveau de sa valeur symbolique sur un prisonnier qui, ayant purgé sa peine, ne doit plus à ses victimes ni à la société rien d’autre que l’engagement moral de son changement de comportement lorsqu’il retrouve la liberté

Que ce soit au niveau de ce qui résulte des premiers points, à savoir que la prison est bien sûr un lieu de privation de liberté pour celui qui en a mésusé, mais en attente d’une modification profonde du sujet qui y est incarcéré

Dans ces conditions, et en appui sur un des principaux fondements d’une société civilisée, l’abolition de la peine de mort, la prison, par son existence même, est un lieu hautement symbolique puisqu’il représente le dépassement de la loi du talion : vous avez commis un crime ou un délit, la société ne commettra pas sur vous un acte de vengeance en miroir ; vous serez privé de liberté le temps nécessaire à un changement authentique. Mais une fois cette peine effectuée, vous serez libre à nouveau.

Mais voilà, la prison n’est pas ce lieu qui permet de passer de la loi du talion vers la loi symbolique, celle de la transcendance spécifiquement humaine. Elle est aujourd’hui un lieu qui est régi exactement par l’inverse, point par point, de cet idéal d’une société digne du nom de démocratique : œil pour œil, dent pour dent. La prison plutôt que d’élever le prisonnier vers la loi symbolique, le laisse croupir dans l’immanence de la loi du talion. Il n’est pas question pour moi de désigner telle ou telle catégorie de personnel pénitentiaire comme responsable de cette situation décriée depuis des années par de très nombreuses personnalités. Malgré les déclarations d’intention, les personnes qui ont le courage de travailler en prison ne sont pas soutenues par le tissu social qui se réjouit d’y voir envoyer ces indésirables qui lui pourrissent la vie de tous les jours. Non, le seul responsable, c’est moi, c’est nous, qui ne pensons pas acceptable l’idée que la prison doit devenir un lieu où nous devons mettre « le paquet » pour changer d’une façon humaine les hommes qui y sont condamnés.

La tâche est immense, et surtout du côté du citoyen qui n’ira jamais en prison : pourquoi devrions nous mettre beaucoup de moyens pour des personnes que nous méprisons et qui doivent payer pour les malheurs qu’elles ont occasionnés, quand à côté de celles-ci, il y en a d’autres qui sont victimes de la misère, du chômage ou de la clochardisation ? Il me semble qu’aujourd’hui, un pas de plus est franchi : inventer en 2008 une prison après la prison, sous le faux prétexte de la dangerosité, est un triste retour de l’internement arbitraire et même de la lettre de cachet. Qui n’a pas envie de protéger les enfants des séductions des pédophiles ou quiconque d’une violence meurtrière ? Mais le faire de cette manière est abject, tant ce comportement primitif, la peine sans limite de temps, indique une reculade dans l’élaboration d’une pensée de la démocratie qui prenne en compte tous les aspects qui la font grandir.

La prison doit devenir le lieu le plus moral de la société, condition indispensable à la fois pour que ceux qui y travaillent puissent exercer leur mission, et pour que sa représentation ait la vertu pédagogique de dissuasion nécessaire à son efficacité. Si telle était sa réputation, point ne serait besoin de prévoir des structures de « justice-santé » pour y « garder » sans limite des personnes que la prison à laquelle ils ont été condamnés n’a pas changé, avouant ainsi de la plus éclatante manière qu’elle ne sert strictement à rien d’autre qu’à augmenter chez ceux qui y passent le désir de vengeance, résultat aux antipodes de ce qui en est attendu. Il est temps de dire enfin non seulement à tous les politiques qui veulent vraiment changer la vie de leurs électeurs, mais aussi à tous nos concitoyens qui ne savent plus comment sortir de l’engrenage de la violence insensée que nous traversons désormais, que l’une des principales possibilités sur laquelle nous pourrions agir est de miser sur la refonte du concept de prison en postulant la qualité humaine à laquelle elle doit maintenant parvenir. Il ne s’agit en aucune manière d’un luxe de philanthrope, il en va de l’avenir de nos sociétés contemporaines.

8 Messages

  • Démocratie, prison et internement arbitraire 19 mars 2008 22:20, par ginette

    Maman tu ne travailles pas à la prison des malades aujourd’hui ???
    Cela doit faire 19 ans que cette réflexion m’habite...L’auteur (mon fils ) en a aujourd’hui 23...A cette période je travaillais à l’HP...rebaptisé depuis EPSM !!!
    J’ai assez vite(pas assez !!!) quitté ce monde concentrationnaire de l’hôpital psy !!!
    J’ai croisé et je croise la "prison" de part quelques patients reçus en "libéral" !!!
    Je comprends mal les propos de Pierre Delion...sur la forme on ne peut qu’être d’accord...mais sur le fond ???
    Etre au fond d’une prison ou interné ou même patient d’un simple HP même en placement dit"libre"...Les mêmes clefs...la même indifférence...le même regard humiliant.
    Et combien de psychiatres assez courageux pour affrnter la "PRISON" ???
    Moi le première je me sens coupable de tellement d’indifférences !!!
    J’ai pas mal de copains engagés bénévoles dans le monde révoltant de la PRISON...enseignants..visiteurs etc etc...
    Entre leurs prisons pour Autistes et leurs absences dans les prisons pour pseudo-délinquants...Les psychiatres feraient bien de fermer leurs gueules !!!

    • Démocratie, prison et internement arbitraire 20 mars 2008 22:30, par Pierre Delion

      AU moins une personne qui a lu ce que j’écris ; mon problème est que la prison devienne un lieu de respect de ceux qui y sont parce qu’ils ont fait une connerie et non un endroit de vengeance. Les bénéfices umains qui pourraient en être attendus seraient incomparablement plus utiles à notre société que toutes les manifestations orchestrées par des pères fouettard(s) modernes. Juste ça. Désolé ginette. Pierre Delion.

      • Faut pas être désolé Delion !!! J’ai fait un rêve ...hier soir j’ai pas pris mes gouttes alors ça a donné ça : Il y avait une prison devenu "lieu de vie" , c’était tout beau avec plein de personnel qui avait envie de travailler parce leur travail était devenu intéressant . Alors les prisonniers de l’HP ils ont voulu être de vrais prisonniers . Alors à l’HP il n’y avait plus que des psychiatres et des politiques. Il fut décidé que les chefs et les élus seraient placés en chambres d’isolement ou chimiquement camisolés.Parce que les non-chefs et les non-élus ils ne voulaient pas s’emmerder avec des clefs puis ils savaient bien que ceux qui étaient restés à l’HP après le départ des malades....ILS n’étaitent pas GUERISSABLES !!!

        • Démocratie, prison et internement arbitraire 20 juin 2008 21:32, par Ginette

          Pourtant j’ai pas fait de pub !!!!
          Vu que mon internet il a déconné suite à un orage écologiquement prévisible !!!
          C’est 2 copines qui m’ont trévenu par téléphones cancérigènes !!!
          Elles m’ont dit ...bon on t’a reconnu...chère Ginette ...le texte de Delion OK...mais on préfère tes commentaires et on te fait de la pub !!!
          C’est pour ça qu’il y a toujours des visitrices en nombre plus important que pour les autres articles !!!
          A les Ginettes...j’vous aime très fort !!!
          J’aimerai quand même savoir si des MECS ont lu mes délires !!!
          Un caprice de Ginette quoi !!!
          A Plus

          • Démocratie, prison et internement arbitraire 28 septembre 2010 23:15, par biber HAPI

            I was doing a search and came across this site. I must say that this info is what I was searching for ! Keep writing more. We will be reading your sites.

          • Advantageously, the article is actually the greatest on this notable topic. I harmonise with your conclusions and will thirstily look forward to your coming updates. Just saying thanks will not just be adequate, for the extraordinary lucidity in your writing. I will instantly grab your rss feed to stay privy of any updates. De lightful work and much success in your business enterprize ! =-=

  • Démocratie, prison et internement arbitraire 6 octobre 2009 22:39, par e

    la prison est un lieu en dehors, une punition

    mais jamais

    un principe à défendre

  • Démocratie, prison et internement arbitraire 26 septembre 2013 09:05, par Olivier Friedrich

    " On regardera le crime comme une maladie, et cette maladie aura ses médecins qui remplaceront vos juges, ses hôpitaux qui remplaceront vos bagnes. La liberté et la santé se ressembleront. On versera le baume et l’huile où l’on appliquait le fer et le feu. On traitera par la charité ce mal qu’on traitait par la colère."
    Victor Hugo
    Le dernier jour d’un condamné (préface)


Dans la même rubrique
SPIP 3.0.17 [21515] | XHTML 1.0 | CSS 2.0 | RSS 2.0 | Espace privé
Visiteurs Jour: 183 (798081)