Gérard Deledalle : Saint Thomas d’Aquin : Les Transcendantaux de l’Être

État de la question

vendredi 17 juin 2005, publié par Michel Balat


1. Terminologie thomiste

(a) Le Transcendantal se définit comme ce qui se retrouve dans tous les genres de l’Être.

(b) Les Transcendantaux sont l’Un, le Vrai et le Bien. Le Beau, qui, pour les Modernes est un Transcendantal, est pour saint Thomas d’Aquin un Transcendantal dérivé.

(c) Les Transcendantaux sont des distinctions de raison, selon saint Thomas d’Aquin. Ces distinctions diffèrent des distinctions réelles en ce qu’elles sont proposées par notre intelligence, alors que les distinctions réelles ne dépendent pas de ce que nous en pensons.

Saint Thomas qui bat Peirce pour la subtilité de ses distinctions distingue plusieurs distinctions de raison :

(l) La distinction de raison raisonnée qui se subdivise en (la) distinction de raison raisonnée majeure ou parfaite et en (lb) distinction de raison raisonnée mineure ou imparfaite.

(2) La distinction de raison raisonnante.

(1) peut avoir un fondement dans la réalité.

(1a) ne peut contenir l’autre qu’en puissance : le genre et l’espèce.

(1b) peut contenir l’autre virtuellement en acte : l’Être et deux de ses Transcendantaux : le Vrai et le Bien

(2) est un pur artifice de pensée. C’est le cas du Transcendantal Un qui se confond avec l’Être.

(d) Les Transcendantaux ne sont donc pas obtenus par raisonnement déductif, comme chez les idéalistes, mais par intégration des aspects les plus généraux du donné au sens de réel existentiel.

titre documents joints


Dans la même rubrique
SPIP 3.0.17 [21515] | XHTML 1.0 | CSS 2.0 | RSS 2.0 | Espace privé
Visiteurs Jour: 293 (843351)