La contractualisation de la société

par Alain Supiot

mardi 9 octobre 2007, publié par Michel Balat


La contractualisation de la société par Alain Supiot

Résumé : L’idée s’est affirmée en occident depuis deux siècles que le contrat serait l’aboutissement indépassable d’un progrès historique arrachant l’Homme aux sujétions des statuts pour le faire accéder à la liberté. Un mouvement irrésistible nous conduirait à un monde où chaque individu ne portera pas d’autres chaînes que celles qu’il se fixe à lui-même.

Mais le contrat n’est pas cet universel abstrait qu’on se plaît à imaginer : sa signification varie selon les cultures, les époques, et les contextes juridiques. Le contrat n’est pas davantage cette pure relation binaire entre personnes égales, à quoi on croit pouvoir le réduire : il implique une foi commune en un Garant des pactes.

Dès lors la contractualisation de la société ne signifie certainement pas une libération totale des individus. Elle est plutôt le symptôme du déclin des États et d’une "reféodalisation" du lien social.

titre documents joints


Dans la même rubrique
SPIP 3.0.17 [21515] | XHTML 1.0 | CSS 2.0 | RSS 2.0 | Espace privé
Visiteurs Jour: 240 (849518)