Le Dicopsycho

samedi 21 janvier 2006, publié par Michel Balat


Le Dicopsycho

Comme vous avez pu le constater, Ian Balat a pris quelques vacances... Pour ne pas laisser ce Blog-Tone en peine d’écriture, je voudrais vous faire partager le plaisir que j’ai pris l’autre jour à jouer à un nouveau jeu, Le Dicopsycho inventé par mon pote Piérô, dit Pierre Lasne, et son épouse attentive.

Le jeu ? Un des joueurs, "le psy" écoute des récits de souvenirs faits par les autres joueurs et leur pose des questions à propos de celui-ci. Parmi eux, un seul évoque un souvenir authentique. Le psy a pour tâche de découvrir lequel des joueurs est sincère. La règle du jeu fixe la désignation, à chaque tour, du "psy", de celui qui doit parler vrai et de ceux qui doivent faire un récit mensonger. Un système de points est établi afin que, comme pour tous les jeux, une certaine compétition soit mise en œuvre. Les récits se doivent d’être de type associatif. En effet une liste de mots, tirés suivant la règle du jeu à l’aide d’un livret de "dicopsyco", est évoquée, et chacun doit choisir l’un d’entre eux fournissant la base de la remémoration du souvenir.

Dans la mesure où le système de points pousse tous les joueurs à se montrer convaincants quant à leur authenticité, ce jeu permet de faire apparaître les divergences de situations effectivement vécues par certains des joueurs, lorsqu’il s’agit de personnes les ayant vécues ensemble.

Il me semble que ce jeu aurait un intérêt certain pour traiter certaines pathologies de la mémoire. Le mode associatif par lequel il procède n’est pas sans évoquer, bien entendu, le travail analytique. Du coup chacun est amené, à son insu, à livrer certains éléments de sa personnalité qu’il ne laissait pas apparaître de façon évidente.

On sort de ce jeu flottant dans la mare de ses propres souvenirs et, dans la mesure où les autres joueurs sont dans un état voisin, une certaine densité de partage devient évidente. Je pense que dans des groupes qui sont dans une communauté de vie ou de travail ce jeu pourrait servir pour cultiver ce que dans mon site, j’appelle usuellement le "musement".

Grâces soient rendues à Piérô, immortel auteur de "cabinet-village", immense interprète du "à la claire fontaine" de Francis Blanche, et dont la plume effilée nous a déjà livré un essai, le "communicationnaire" ainsi que ce beau polar, "le cri de la st-Jean". Salut donc à l’archéodicospychopathe !

titre documents joints


Dans la même rubrique
SPIP 3.0.17 [21515] | XHTML 1.0 | CSS 2.0 | RSS 2.0 | Espace privé
Visiteurs Jour: 110 (747715)