En attendant la suite du Blog-Tone de Ian Balat

Le Frelon et la Fourmi

Fantaisie réaliste

mardi 27 juin 2006, publié par Michel Balat


Le Frelon et la Fourmi

Il était une fois, une Fourmi heureuse.

Elle arrivait tous les jours de bonne heure à son travail. Elle passait toute la journée à travailler dans la joie et la bonne humeur. Enthousiaste, il lui arrivait même de pousser la chansonnette ! Elle était heureuse de travailler. Son rendement était excellent. Mais un jour, malheur ! On s’aperçut qu’elle n’était pas ‘encadrée’...

Le Frelon, PDG de l’entreprise, considérant qu’il n’était pas possible que cette situation persistât, créa un poste de cadre pour lequel il recruta une Coccinelle ayant beaucoup d’expérience. La première préoccupation de la Coccinelle fut d’organiser les horaires d’entrée et de sortie de la Fourmi. Elle créa également un système de plannings et de fiches.

Très vite, il fallut engager une secrétaire pour l’aider à préparer tous ces documents, dossiers et rapports. Une Araignée fut recrutée. Elle mit sur pied un système complexe de classement et d’archives. Pendant ce temps, la Fourmi heureuse continuait de travailler, travailler, encore et toujours travailler. Le Frelon, PDG de l’entreprise, était ravi de recevoir les rapports de la Coccinelle, si bien qu’il lui demanda des études comparatives avec graphiques, indicateurs et analyse de tendance. Mais très rapidement, devant l’abondance des rapports et l’importance des gesticulations, il apparut nécessaire de créer un poste de chef de service. Une Cigale fut embauchée pour encadrer le cadre. On lui fournit un nouvel ordinateur avec imprimante, scanner et modem.

Assez vite, la Fourmi heureuse commença à baisser de rythme et à se plaindre de toute la paperasserie qu’il lui était dorénavant imposé de produire. Le Frelon, PDG de l’entreprise, considéra qu’il était temps de prendre des mesures. Il créa donc le poste de directeur pour superviser la Coccinelle, l’Araignée, la Cigale et la Fourmi heureuse.

Le poste fut pourvu par un Cafard qui changea tout d’abord le mobilier de son bureau et demanda un nouveau fauteuil ergonomique ainsi qu’un nouvel ordinateur avec écran plat. Mais avec plusieurs ordinateurs, il fallait installer un réseau informatique, ce qui fut fait. Le nouveau directeur ressentit rapidement le besoin de recruter un adjoint (qui était son assistant dans son ancienne entreprise) afin de préparer le budget de son nouveau service en liaison avec un plan stratégique, en comité de pilotage. Pendant ce temps-là, la Fourmi était de moins en moins heureuse et de moins en moins productive. « Il va nous falloir bientôt commander une étude sur le climat social » dit le Cafard.

Un jour, le Frelon, PDG de l’entreprise, en examinant les chiffres, se rendit compte que le service dans lequel la Fourmi heureuse et productive travaillait n’était plus aussi rentable qu’avant. Il eut donc recours aux services d’un prestigeux consultant, M. Hibou, afin qu’il fasse un diagnostic structurel et qu’il apporte des solutions adaptées. Le Hibou fit un audit de six mois dans l’entreprise à l’issue duquel il rendit son rapport : « il y a trop de personnel dans ce service, il faut réduire la voilure ».

Le Frelon, PDG de l’entreprise, suivit ces recommandations et licencia la Fourmi !

Moralités.

Mieux vaut être incompétents et ne servir à rien, car eux, nul ne les supervise : chacun sait qu’ils ne servent à rien.
Pour rester une Fourmi heureuse, il te faut rester caché. Au moins tu n’auras pas à faire vivre les Frelon, Coccinelle, Araignée, Cigale, Hibou et autre Cafard : autant de parasites - pleins d’avenir.

D’après La vie des insectes de J.-H. FABRE, Éditions Micropolis.

Auteur inconnu


Dans la même rubrique
SPIP 3.0.17 [21515] | XHTML 1.0 | CSS 2.0 | RSS 2.0 | Espace privé
Visiteurs Jour: 122 (740728)