Le transfert

mardi 27 février 2007, publié par Michel Balat


LE TRANSFERT, DIT FONDAMENTAL DE FREUD POUR POSER LE PROBLÈME : PSYCHANALYSE ET INSTITUTION

JACQUES SCHOTTE

Mais quelle que soit la forme que prenne cette psychothérapie..., de quelques éléments qu’elle puisse se composer, ses parties intégrantes les plus effectives et les plus importantes resteront sûrement celles qui ont été empruntées à la psychanalyse stricte, dénuée de tendances.
Freud, 1918 (Voies de la thérapeutique psychanalytique).

1. Depuis les découvertes inaugurales de Freud, la puissance de choc de la psychanalyse a tenu à la portée qu’il sut leur conférer dans des domaines tout autres que ceux de leurs origines. Rappelons nous l’exemple le plus significatif d’une telle extension du champ de la discipline freudienne : c’est celui du mouvement par lequel, à partir de l’étude des névroses, en passant par le rêve et la psychopathologie de la vie quotidienne le trait d’esprit ou l’art, Freud devait conquérir par et pour sa méthode l’homme soi disant normal, en remettant en question le tout de son discours : « la psychanalyse commença comme une thérapeutique, mais ce n’est pas comme thérapeutique que je voulais la recommander à votre intérêt, mais pour sa teneur de vérité, pour les éclaircissements qu’elle nous donne sur ce qui touche l’homme du plus près : son propre être, et pour les rapports qu’elle découvre entre les plus diverses de ses activités ».

(...)

titre documents joints


Dans la même rubrique
  • LE TRANSFERT, DIT FONDAMENTAL DE FREUD POUR POSER LE (...)
SPIP 3.0.17 [21515] | XHTML 1.0 | CSS 2.0 | RSS 2.0 | Espace privé
Visiteurs Jour: 293 (843531)