Marc Bertrand : L’objet selon Sartre : de l’état sauvage à l’humanisation forcée et retour ?

vendredi 17 juin 2005, publié par Michel Balat


1. La Nausée

Dès cette première œuvre de Sartre, qui l’occupa de 1931 à 1938, apparaît le statut original que le philosophe et le romancier conféreront à l’objet, un statut par absence de définition, qui le met au ban de la logique et qui interdit qu’on le circonscrive pour lui faire sa part. Car les choses qui se manifestent autour de Roquentin sont systématiquement dénuées de toute raison d’être : galet sur la plage, verre de bière au café, marronnier du Jardin public, tout est “de trop” parce que rien n’est justifié. Encore faut-il s’entendre. Du point de vue de l’essence, les objets sont explicables. Leur forme et leur matière sont dues à des causes, humaines (objets fabriqués) ou naturelles, et la science a pour but de remonter aussi loin que possible dans cette étude. Mais avec l’existence, le fait pur et simple d’être là, cette même étude est impossible, arrêtée dès le départ par l’absurdité fondamentale de l’être. En d’autres termes, je puis rendre compte du verre de bière comme essence (usage, nature du verre...), mais non point expliquer que cette essence existe, qu’elle se maintienne devant moi. L’existence est le fait premier dont je ne puis rien dire, sauf à le ramener à une autre instance (existence de Dieu ?) qui sera frappée de la même injustifiabilité. Elle est la matière ontologique dont les choses sont faites, avant de prendre telle forme ou telle matière concrètes. Certes, elle n’existe qu’en s’incarnant dans des essences (exister, c’est toujours exister de telle ou telle façon) mais elle ne saurait être confondue avec l’échantillonnage dans lequel elle se disperse, elle conserve une sorte de préséance : se manifester, se maintenir, apparaître, quelles qu’en soient les circonstances et les modalités, c’est la condition derrière laquelle la réflexion ne peut se glisser, la constatation à laquelle il faut se tenir, qu’on ne peut qu’enregistrer : il y a “quelque chose”, avant tous les visages et aspects variés que ce quelque chose peut revêtir.

titre documents joints


Dans la même rubrique
SPIP 3.0.17 [21515] | XHTML 1.0 | CSS 2.0 | RSS 2.0 | Espace privé
Visiteurs Jour: 145 (961514)