Réflexions de Sandor Ferenczi

vendredi 25 novembre 2005, publié par Michel Balat


Réflexions psychanalytiques

Sandor Ferenczi

La psychanalyse a peu étudié jusqu’à présent ce symptôme névrotique très répandu que l’on désigne, suivant l’usage français, par le terme général de « tic » ou de « tic convulsif ». Dans un article où je décrivais les « Difficultés techniques d’une analyse d’hystérie » que j’avais dû surmonter dans un cas, j’ai fait une brève incursion dans ce domaine, formulant l’hypothèse que de nombreux tics pourraient s’avérer être des équivalents stéréotypés de l’onanisme et que le lien remarquable que l’on peut observer entre les tics et la coprolalie après suppression des manifestations motrices n’était peut-être rien d’autre que l’expression verbale de ces mêmes motions érotiques déchargées habituellement par les tiqueurs sous forme de mouvements symboliques.

titre documents joints


Dans la même rubrique
SPIP 3.0.17 [21515] | XHTML 1.0 | CSS 2.0 | RSS 2.0 | Espace privé
Visiteurs Jour: 240 (849512)