Samedi 17 mai 2014 : Quel avenir pour la psychiatrie ?

+ Rencontres de la Criée

lundi 12 mai 2014, publié par Michel Balat


Rencontres de la Criée

Vendredi 16 mai 2014 et samedi 17

9h00 – 13h00

Présidente : Annie Douce

Discutant : Patrick Chemla

Ouverture : Emile Lumbroso

• Emile Lumbroso : Les aléas de la transmission
Transmettre est une nécessité, pour que se perpétuent les métiers dans le champ
de la santé mentale. Ce n’est pas seulement enseigner un savoir théorique, mais
aussi former infirmiers, psychologues, assistants sociaux, éducateurs, psychiatres.
Il s’agit de léguer l’expérience accumulée depuis la création de la psychiatrie en
France. Pour qu’il y ait transmission, il faut du désir de part et d’autre, pour réinventer
une pratique s’articulant autour de l’éthique du sujet.

• Anna Angelopoulos : Conte et représentation de l’impensable
Le conte oral transmet une pensée en images. L’on y repère souvent des points ou
des tâches aveugles, c’est-à-dire des lacunes dans la transmission dues à des oublis
du conteur. Ces lapsus d’images trahissent la pensée inconsciente du conte dont
les mécanismes sont les mêmes que ceux du rêve. La manière singulière du conte
populaire de traiter la transmission de l’impensable à travers ces motifs aveugles
qui font trou dans le récit, n’est pas sans lien avec certains moments forts de notre
pratique clinique dont je donnerai quelques exemples.

• Pierre Dardot : Transmettre et inventer

La transmission est ce par quoi un héritage se constitue dans l’ordre de la culture,
héritage qui lie ceux qui viennent après à leurs prédécesseurs. Mais toute transmission
est menacée par la répétition, la routine et l’inertie. C’est ainsi que se perd
l’héritage. En effet, si être héritier est un état, hériter est d’abord et avant tout
une tâche qui reste toujours à accomplir. C’est pourquoi faire vivre un héritage
requiert une réinvention dans et par des pratiques nouvelles capables d’obliger
tous ceux qui s’y engagent (cum-munus). Seules de telles pratiques peuvent faire de
l’héritage un véritable « commun ».

• Jean Oury : Transmettre !

Qui transmet à qui ? Quoi transmettre ? Catégorie du transfert, des « transferts » ?
Cela implique rencontre (tugkanon) et déchiffrement. A partir de quoi ? D’une expérience
 : singulière ? Collective ? Intervient logiquement toujours, un processus
« d’interprétation ». Et c’est là la difficulté ! Qui interprète ? Quoi ? A qui ? Existe
là forcément un « processus dialectique ». C’est un grand mot, dangereux, mais
qu’il faut maintenir car transmettre, c’est « transférer ». Dans un autobus : ce qui
est dominant, ce n’est pas forcément le but à atteindre, mais ce qui apparaît, par
hasard, du paysage, à travers les vitres. De l’inattendu ? Encore faut-il un autobus !
Décision à prendre en évitant tout ressassement pseudo-pédagogique. Comment
se transmet la façon de sourire ? Et le Silence ? Et le pathique ? S’agit-il d’un « 
transpassible » ? A développer sur le plan collectif, institutionnel ! Etc.

(…)

Samedi 17 mai 2014

9h00 – 12h30

Quel avenir pour la psychiatrie ?

Forum citoyen des 39, animé par Patrick ChemlaLe forum citoyen des 39 se tient à l’occasion des 14èmes Rencontres de la
Criée.

Ouvert et libre d’accès pour tous, il est distinct des journées de formation
et permet une ouverture et un débat public sur la situation de la
psychiatrie et sur son avenir.

Ouverture par Adeline Hazan, Maire de Reims, sous réserve.

• Philippe Bichon, psychiatre, collectif des 39, et Le fil conducteur

• Christine Chaise, UNAFAM Reims

• Mireille Battut, présidente de « La Main à l’Oreille »

• Serge Klopp, cadre de santé, collectif des 39

• Humapsy, Association de patients suivis en psychiatrie

• Patrick Landman, psychiatre et psychanalyste,
initiateur de l’appel « STOP DSM »

• Thierry Delcourt, psychiatre et psychanalyste,
vice président du Syndicat National des Psychiatres Privés.

titre documents joints


Dans la même rubrique
SPIP 3.0.17 [21515] | XHTML 1.0 | CSS 2.0 | RSS 2.0 | Espace privé
Visiteurs Jour: 211 (863427)