Fonction subversive du récit par Daniel Caserotto

dimanche 18 décembre 2016, publié par Michel Balat


Notes pour : « Fonction subversive du récit ».
Ce texte a été primitivement rédigé en préparation d’une rencontre à Sarrant (Gers), organisée par l’Association culturelle « Métiers à tisser » autour de la vie et l’œuvre de Fernand Deligny . Vous trouverez des ouvrages de cet auteur à la bibliothèque professionnelle du foyer de Castille. Le thème développé ici était imposé par les organisateurs. Ce qui suit peut faire l’objet d’une reprise dans une réunion à thème, ou ailleurs, si le cœur vous en dit.
En guise d’introduction
Le langage et la parole, sont plus que des outils dans notre travail. Notre existence est bâtie de la chair même des mots. De fait, l’étude de la structure des échanges verbaux peut inciter à mettre en question une transformation des rapports humains qui ne soit pas superficielle.
Partir à la recherche d’une parole que l’on souhaite un tant soit peu libératrice en regard des différentes formes d’aliénation (psychique, sociale, culturelles ) que nous subissons peut nous engager sur des chemins abrupts sortant des certitudes naïves de la bonne communication. Il nous faudra peut-être aujourd’hui renoncer dans la foi en la maitrise complète de nos prises et échanges de parole, et de leurs effets.
Ecouter, parler, échanger, dans une relation aux autres que l’on souhaite authentique ne va pas de soi. De tout temps j’ai éprouvé des difficultés avec la réception de ce que les autres m’adressent, et des difficultés à trouver une parole convenable, adaptée (spontanée ou non) au gré des circonstances. Ce malaise a pu être à l’origine de mon intérêt professionnel et personnel pour ces questions, autant que la volonté, toujours mise à mal, d’être soi-même.
Les dérives continues de la prise de parole dans le but de convaincre, de séduire, de persuader, peuvent constituer des obstacles à la reconnaissance de l’autre comme être singulier et identifié. Aussi cet essai n’est fait que de suggestions non pas du type de prendre ou laisser, mais à envisager comme une amorce de réflexion, en commun éventuellement.

******
(...)

titre documents joints


Dans la même rubrique
SPIP 3.0.17 [21515] | XHTML 1.0 | CSS 2.0 | RSS 2.0 | Espace privé
Visiteurs Jour: 107 (736509)